Rédiger article de blog optimisé SEO

Écrire un Article de Blog Optimisé SEO : 9 étapes à suivre

25/06/23 | Stratégie digitale

Rédiger un article de blog parfait pour le référencement naturel : le pas à pas

Parmi les nombreux critères pour obtenir un bon référencement naturel sur ton blog, le contenu rédactionnel tient un rôle majeur. Alors attrape une boisson, et installe-toi confortablement, je te délivre tout de suite tous mes conseils pour apprendre à écrire un article de blog optimisé pour le SEO !

1) Commencer par une bonne recherche de mots-clés

Avant de te lancer dans la rédaction, la première des choses est de réfléchir à ton mot-clé principal (ou ton ensemble de mots-clés). On appelle aussi cela une requête clé. En tout premier lieu, utilise ton cerveau pour faire une liste de tous les sujets que tu souhaites aborder, et mets toi à la place d’un internaute pour savoir quelle requête il/elle taperait dans la barre de recherche. Pour t’aider à faire les bons choix entre plusieurs mots-clés similaires, il existe de multiples outils, gratuits (par exemple l’outil de planification de mots-clés de Google) comme payants (Ranxplorer, Keywords EveryWhere,…). Ils te fournissent une estimation du nombre de recherches mensuelles et sur la concurrence, c’est-à-dire la difficulté à bien se positionner.

2) Répondre à l’intention de recherche

C’est quoi l’intention de recherche ? Les 🤖 de Google tentent de savoir l’intention cachée de l’internaute lorsqu’il fait une recherche de mots-clés. On distingue 4 grandes familles :

  • informationnelle : le visiteur veut apprendre quelque chose. Exemple : “comment écrire un article de blog optimisé ?” 😉
  • navigationnelle /de marque : le lecteur tape le nom d’une entreprise ou d’une marque dans la barre de recherche pour accéder au site. Exemple : “Le Monde” pour aller sur le site du journal en ligne ;
  • transactionnelle : il/elle veut acheter un produit. Exemple : “achat Photoshop”
  • commerciale : c’est un mix entre l’informationnelle et la transactionnelle. L’internaute cherche à en savoir plus avant d’acheter. Exemple : “quel vélo électrique choisir ?”

Mon conseil : lorsque tu penses avoir trouvé ta requête-clé, tape-la dans Google pour vérifier que les résultats qui s’affichent correspondent bien à l’article que tu souhaites proposer.

3) Soigner son introduction

Ton intro doit être percutante, aller droit au but. Si elle est ratée, tu risques de perdre tes visiteurs avant même la lecture du premier sous-titre. Dès l’introduction, tu dois prouver à l’internaute que tu vas bien répondre à la question qu’il se pose ! Je te conseille de la relire à voix haute pour voir si “ça le fait”.

4) Pour écrire un article de blog optimisé SEO, tu dois respecter la structure HTML

Essayons d’être concis : Google aime que les choses soient bien rangées. Pour cela, tu dois respecter une certaine structure dans ton article de blog. Ce n’est pas si compliqué que ça en a l’air, mais il faut être attentif à quelques petits éléments.

Le Title et le h1

Le Title est le titre qui s’affiche dans la recherche Google, en bleu. Il doit comporter ta requête clé, si possible au début, et doit donner envie de cliquer. Sa longueur est limitée, donc je t’invite à vérifier sur un simulateur de SERP en pixels comme celui-ci (mais il en existe plusieurs).

Le h1 est le titre qui s’affiche en haut de ton article. Dans l’idéal, il doit être différent du Title mais doit comprendre ta requête clé principale OU une équivalence (c’est même encore mieux). ⚠️ Sur WordPress, il faut installer le plug in Yoast SEO pour avoir la possibilité de rédiger un Title qui soit différent du h1.

Les h2

Ce sont les sous-titres. Pourquoi j’en parle au pluriel ? Parce qu’un h2 ne doit jamais être seul. Tu vas pouvoir y développer le champ sémantique du sujet de ton article, y placer ton mot-clé principal ou ses équivalences. En faisant cela, tu indiques à Google que ton article est pertinent : il parle bien de ce qu’il annonce en titre !

Les h3

Ils viennent aérer et découper les textes un peu longs sous tes h2. Par exemple, le sous-titre “Les h3” est lui-même un h3 ! 🤓 Même principe que les h2, ils doivent être au minimum 2. On laisse pas un h3 dans un coin ! (La référence des années 80, tu l’as ?)

Il existe aussi des h4 et h5, mais on les utilise très peu, et j’imagine que tu as compris le principe 😉

À noter que pour aérer tes textes, on peut aussi ajouter des listes à puces, des blocs de citation, des images, des infographies, des vidéos…

5) Écrire un article de qualité supérieure

Si tu dois répéter tel un perroquet digital tout ce qu’on lit partout ailleurs, aucun intérêt. Efforce toi donc, à chaque article, d’apporter de la valeur ajoutée à tes lecteurs. Demande toi toujours si tu as fait le tour de la question et si l’internaute a les réponses à toutes les questions qu’il se pose en arrivant sur ton blog.

Pour t’aider à rédiger des articles complets et qui prouvent toute ton expertise, il va te falloir, en plus de ton cerveau et de tes connaissances :

  • utiliser la Serp de Google (les résultats de recherche). Tape ta requête clé, et lis les “Autres questions posées”(en milieu de page de Google) et les “Recherches Associées” (bas de page Google). Souvent, elles te donneront des idées de paragraphes ou de précisions à ajouter.
  • étudier la concurrence. Prends le temps d’observer les meilleurs résultats Google sur le mot-clé que tu as défini : le title, le contenu, le découpage des paragraphes, le champ sémantique… Tu trouveras sans doute comment faire mieux qu’eux sur un ou plusieurs points, et ça te donnera des idées à développer dans ton article (ou dans un autre) !

6) Rédiger un contenu de la bonne longueur

Plusieurs études expliquent que parmi les articles les mieux positionnés dans Google, nombreux sont les contenus longs, voire très longs. Mais avant de te lancer dans l’écriture d’articles de 5000 mots, laisse-moi te donner mon point de vue sur la longueur idéale d’un article de blog.

N’oublie jamais que tu t’adresses à des personnes, pas à des algorithmes. Et que, plus le temps passe, plus les algorithmes cherchent à contenter les “vrais gens”. Donc, la longueur idéale, c’est celle où tu as réussi à développer ton propos intégralement, sans broder, et en restant dans le sujet. Basta mamma.

Et le nombre de mots de ton article n’est pas un facteur décisif pour Google : c’est même John Mueller, un des porte-parole de la firme américaine, qui le dit !

Propos de John Muller sur la longueur du contenu

Quelques chiffres quand même : en dessous de 300 mots, il est quasi impossible d’être bien positionné par Google.

7) Ajouter des liens

Pour améliorer ton contenu, et générer du trafic sur ton blog, je te conseille fortement d’ajouter des liens externes et internes.

Des liens internes

Très important, à la fois pour l’expérience de tes lecteurs et pour le SEO : le maillage interne. C’est-à-dire le fait d’insérer des liens dans ton article qui renvoient vers d’autres articles de ton blog, parce que tu évoques un point de façon plus développé dans l’article X ou que tes lecteurs peuvent trouver des ressources complémentaires dans l’article Y, ou encore parce que tu veux les renvoyer vers ton e-book par exemple.

Cela incite les lecteurs à rester sur ton blog, à découvrir d’autres articles, et c’est un très bon signal à envoyer aux petits robots de Google !

Des liens externes

Cette fois, les liens hypertexte renvoient vers des sites extérieurs. Là encore, ils doivent renvoyer notamment vers des ressources complémentaires pour tes lecteurs. Les sites vers lesquels tu les amènes doivent être de qualité: il en va de ta crédibilité ET de l’importance accordée par Google à ces liens. Prenons un exemple un peu grossier pour que tu comprennes bien : tu te positionnes comme scientifique et tu fais un article sur la Lune. Si tu insères un lien vers un site complotiste expliquant que l’homme n’a jamais marché sur la Lune, tu risques de perdre un peu de ta crédibilité.

Petit conseil supplémentaire : fais attention à faire ouvrir ces liens dans de nouveaux onglets, pour ne pas perdre ton audience en route !

8) Ne pas laisser de côté les images

Disclaimer : le conseil qui suit ne concerne que les visuels originaux. Les photos issues de banques d’images ou qui sont présentes seulement pour faire joli peuvent rester telles quelles.

Je te conseille de renommer tes images (ne pas laisser IMG-1214) avec des mots-clés pertinents pour l’image ET ton sujet. Supprime tous les mots inutiles (la, le, un, du, etc.) et mets les autres entre tirets.

Tu devras aussi rédiger ce qu’on appelle un “attribut alt”. C’est ce qui s’affiche au cas où l’image ne charge pas. Ce texte est lu par Google donc il est important ! Dans cette case, sois le plus descriptif possible de ce que représente ton image. Pas besoin de tiret, mais évite les accents ou les caractères bizarroïdes, qui ne sont pas toujours bien reconnus.

9) Prendre garde à la suroptimisation

Qu’est-ce que la suroptimisation ? C’est le fait de répéter ta requête clé trop souvent. On appelle aussi ça le bourrage de mots-clés, ça se faisait beaucoup il y a… LONGTEMPS ! Alors on oublie ça tout de suite hein ? Pas de blague !

Oui, je sais, tu vas me dire qu’il y a encore beaucoup d’articles rédigés comme ça, mais eh c’est comme le “claquettes-chaussettes”, ça se fait beaucoup, mais c’est pas pour ça que c’est élégant (mes excuses aux partisans de cette mode, il me fallait un exemple ! 🙃).

Ça y est, tu as maintenant toutes les cartes en main pour enfin écrire facilement un article de blog optimisé pour le SEO ! Il te suffit de vérifier que tu as respecté toutes les étapes que je viens de développer à chaque article, et tes résultats vont finir par arriver ! Néanmoins, tu le sais, le contenu n’est pas le seul critère à travailler, et pour aller plus loin, je t’invite à découvrir d’autres conseils pour booster le SEO de ton blog !

Cet article t’a plu ? 📌

Épingle-le sur Pinterest pour le retrouver plus tard !

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *